Et sur le terrain, comment ça marche ?

samedi 19 mai 2012
par  Roulemafrite17
popularité : 38%

Pour faire fonctionner l’ensemble, il faut vraiment s’appuyer sur le triptyque collecte-transformation-distribution sinon cela ne sert à rien. Il faut vraiment réfléchir avec une approche éco-systémique territoriale et co-construire les parcours. Et non, tout ne vient pas d’en haut ... C’est pas mal la base aussi.

Objet : cahier des charges pour la collecte, la transformation et la distribution des huiles alimentaires usagées (HAU)

Préambule.

Ce marché (collecte, transformation et distribution) existe depuis des années. Des acteurs économiques classiques s’y sont positionnés avec une lecture énergétique classique : des industriels collectent et transforment le déchet via le recours à la chimie carbonée (ester méthylique) pour revendre le produit créé via cette réaction (trans-estérification) à des pétroliers.

Et l’Ademe et la Cour des Comptes ont remis en cause ce schéma tant du point de vue environnemental qu’économique (cf. [http://www.roulemafrite17.org/quand...]). Pourtant, sous l’ancien gouvernement, la Direction générale énergie climat préconise cette seule filière. Le réseau Roule ma frite a pris le problème à bras le corps pour montrer qu’une autre voie est non seulement possible mais surtout nécessaire.

I/ La collecte en circuit-court

Faire faire des milliers de kilomètres à un déchet pour le transformer et le redistribuer est une aberration. Il s’agit donc ici de réfléchir par bassin de gisement pour redistribuer sur le territoire de collecte une matière première secondaire à forte valeur ajoutée énergétique.

Pour donner un ordre d’idée, la Communauté d’Agglomération de La Rochelle représente 170 000 litres par an et le Pays Marennes Oléron 40 000 litres. Ces chiffres se calculent en prenant en compte les apports en déchetterie et les commandes des professionnels des métiers de bouche (restaurants, cantines, etc.) utilisateurs d’huile alimentaire.

Quatre étapes sont donc nécessaires pour assurer une collecte efficace :

  1. Le démarchage des professionnels pour leur expliquer le concept,
  2. La mise en œuvre opérationnelle des tournées pour se doter des moyens nécessaires de récupération tout en limitant les kilomètres parcourus,
  3. La remise de bordereaux de collecte présentant le pourcentage de revalorisation obtenu ,
  4. La mise en œuvre de politique d’achat responsable visant à limiter au maximum le recours aux produits contenant de la palme (celle-ci peut être présente dans l’huile mais également dans les frites lorsqu’elles sont précuites).

II/ La transformation

Comme nous l’avons expliqué plus haut, l’enjeu de ce travail consiste à proposer une alternative à la chimie carbonée. Cela signifie donc que notre modèle s’appuie sur des moyens de décantation et de filtration permettant d’obtenir un produit conforme à la norme DIN 51605 sans intrant extérieur.

Trois éléments sont alors nécessaires à mettre bout à bout pour arriver à ce résultat :

  • En amont, grâce aux échanges et au partage d’information lors de la collecte, les professionnels s’engagent à respecter une procédure stricte (fréquence de changement des bains, limitation des températures et des durées de cuisson, formation des personnels aux enjeux du projet huile, bon conditionnement du déchet, etc.) ,
  • La station de filtration doit être un lieu adapté et technique propice à la gestion de cette activité. Outre le caractère réglementaire du lieu (respect des normes ICPE) il convient dès le départ de le penser pour disposer de la meilleure ergonomie possible afin de limiter autant que faire ce peut la pénibilité au travail,
  • La ligne de filtration enfin doit être composée de trois éléments qui permettent la décantation (via des bacs idoines), l’extraction des particules (filtration à l’échelle du micron absolu) et la séparation finale eau-huile pour aboutir à un produit normé facilement distribuable.

III/ La distribution

Bien entendu ce travail n’est pas effectué pour développer un atelier de contrebande destiné à écouler sous le manteau un produit illicite. C’est aujourd’hui ce qu’il se passe sur l’ensemble du territoire national (et également d’ailleurs dans tous les pays limitrophes de l’Hexagone) et le modèle mis en œuvre par RMF consiste justement à sortir de cette logique d’économie parallèle.

Le meilleur moyen pour y arriver consiste à se livrer un diagnostic partagé des besoins énergétiques du territoire avec les parties prenantes concernées en fonction des besoins des attentes. Sur Oléron nous sommes allés dans les directions touristiques, primaires et sociales pour faire en sorte que l’huile soit la plus utile possible .

Localement, il convient donc de se livrer au même travail pour que tous les acteurs concernés comprennent la cohérence de l’activité huile avec les spécificités de leur environnement. Pour arriver à cela, il faut :

  • que le porteur de projet identifie les personnes-ressources avec lesquelles envisager la coopération,
  • que les équipes techniques en charge des matériels s’assurent de la compatibilité des produits,
  • que les co-porteurs du projet (RMF et son partenaire tiers) s’adressent à l’autorité de tutelle concernée pour que l’innovation induite par cette action puisse trouver sa place dans les dispositifs en cours.

En prenant le cas d’Oléron, cela signifie : -* montrer à la population touristique comment un Petit train peut tourner avec un déchet,

  • travailler de concert avec les pêcheurs pour moderniser les pratiques dans une logique de durabilité,
  • proposer une solution clé-en-main pour apporter une alternative aux personnes les plus freinées dans leur mobilité,
  • prouver aux acteurs économiques que la question énergétique peut se penser dans une logique d’élargissement du mix-local en réduisant les coûts de production.

Conclusion.

Ces trois grandes étapes et la feuille de route constituée par les points opérationnels mis en exergue permettent de déployer rapidement un plan stratégique facilement lisible et comptablement équilibré grâce à une participation limité de tous à un effort global. A l’image de ce que montrent les éco-systèmes viables, c’est bien la somme des bons gestes adoptés tout au long de la chaîne qui crée ce cahier des charges vertueux. A charge ensuite à chacun des participant de mettre en place ses propres indicateurs de réussite et ses critères de communication pour toucher ses publics cibles (bailleurs, usagers, administrateurs, etc.).


Documents joints

Le bordereau des Sables Vigniers
Le bordereau des Sables Vigniers
L'adhésion pour les professionnels
L'adhésion pour les professionnels
Usage des huiles sur Oléron
Usage des huiles sur Oléron

Commentaires  (fermé)

omeprazole teva 40mg http://www.naturaldiamondcompany.com/diflucan-fluconazole-pfizer.pdf more info oral ketoconazole buy sertraline 25 mg http://www.phaseivengr.com/buy-evista-online.pdf 0.03 bimatoprost veenat 400 price 20 mg prozac acamprol more info about super zhewitra sunrise buy generic sildenafil citrate jelly order amantadine sorafenib generic manufacturer buy a-ret without a prescription buy generic caberlin in usa http://upsizemag.com/glucotrol-xl-manufacturer.pdf generic gefitinib india about mobic online femora letrozole in india prilosec pill form http://upsizemag.com/acyclovir-ointment.pdf raloxifene cost buy terbicip metoprolol tartrate generic more info generic actos famotidine 20mg erlonat philippines fincar drug benicar tab buspirone 10 mg tablets malegra fxt avis paxil 25 mg modvigil for online valtrex buy abilify 0,1% 20gm ciprofloxacin hcl 500 mg taapo gleevec 300 mg bactrim ds mg suhagra avis buy sulpitac online cheap celebrex buy famotidine online protonix generic price blisters methotrexate flomax online info about ciprofloxacin cipro 500 mg about diflucan cost with insurance http://artistlane.com/tab-mirtaz-15-mg.pdf amoxicillin 500 mg capsule antibiotics amoxicillin compazine in france ilosone flam toprol xl coupon teva mebendazole buy rasalect canada http://artistlane.com/diflucan-pill-cost.pdf http://upsizemag.com/cabergoline-cost-without-insurance.pdf more generic form of plavix sorafenib natco in usa